VDSL

La technique VDSL (Very high bit-rate DSL) est basée sur la même technique que l'xDSL, (les signaux VDSL sont transportés sur une paire de cuivre, simultanément et sans interférence avec la voix téléphonique), elle permet d'atteindre de très hauts débits : elle peut fournir de 13 à 55,2 Mb/s dans un sens et de 1,5 à 6 Mb/s dans l'autre ou, si l'on veut en faire une connexion symétrique, un débit de 34 Mb/s. Le VDSL est un protocole de couche 1 (Physique) selon le modèle OSI.

 

Le VDSL2 (ou Very high speed Digital Subscriber Line 2) est un protocole de transmission de données à haut débit vers un abonné à travers une paire de cuivre. VDSL2 est le successeur du VDSL. Parmi les améliorations notables, la vitesse maximale théorique passe à 100 Mbit/s en full-duplex, et la distance entre l'utilisateur et le NRA est portée à 3 500 mètres.

 


Alors que les technologies VDSL2 semblent délaissées en France au profit de la fibre otique, la plupart des opérateurs européens ont annoncé des déploiements VDSL2 à grande échelle. En effet, cette technologie permet des débits de 50 Mbit/s symétriques pour des investissements 10 fois inférieurs à la fibre, en particulier en zone pavillonnaire. En effet dans les zones pavillonnaires (56,4 % de l'habitat en France) qui refusent les câbles aériens, le coût du génie civil rend le VDSL2 incomparablement plus efficace que la fibre.

 

Ainsi France Telecom a annoncé le 12 juin 2012 le lancement d'expérimentations VDSL2