CR de la réunion du 29/11/12 avec M LARTIGE et M BERTHONNEAU (F.T.)

Compte rendu de la rencontre tenue à la demande de l‘association « les DléC de l’ADSL » le 29 novembre 2012 à 13H30 à la Grand’ Maison à Cenon sur Vienne avec le Directeur régional de France Télécom, M. LARTIGE et son adjoint, M BERTHONNEAU.

 

Pour l’association, participaient à cette rencontre Gérard Bourreau, Serge Gerland, Gérard Multon, Jacques Roussey .

 

But de la rencontre  (extrait du courrier envoyé fin octobre 2012) :

« Nous avions pris connaissance du rôle important que va jouer France Telecom Orange dans le cadre du déploiement de la fibre optique dans notre communauté en ayant obtenu la dotation prévue à cet effet dans le cadre du Grand Emprunt et sommes convaincus de votre souci d’offrir à l’ensemble des consommateurs des services diversifiés.

Nous avons pris connaissance de certaines de vos réalisations en la matière dans le département. Afin d’en connaître davantage sur vos projets dans notre territoire, nous renouvelons donc notre demande de rencontre ».

 

Après un tour de table de présentation des participants, M. LARTIGE présente l’historique du développement du réseau par F.T. et les projets à venir:

 

- Dans les années 1970, avec la vision de l’époque (seulement le téléphone), seul le fil de cuivre était envisageable. Ainsi, jusque dans les années 80, les centraux téléphoniques, sont équipés de multiplexeurs, pouvant desservir les usagers sur des distances de 10 km dans de bonnes conditions.

 

- Dans les années 1990, avec l’arrivée d’Internet, il a fallu tout modifier, l’ADSL ne passant pas par les multiplexeurs. Ceux ci ont progressivement été remplacés par de nouveaux « relais » que l’ont dénomme NRA, mais qui n’ont une possibilité de desserte, que sur 5 km , avec une chute rapide du débit (de 8 mégas au départ, il n’y a plus que 512 ko à 5 km).

Un plan a donc été établi jusqu’en 2014, pour remplacer tous les multiplexeurs par des NRA. ( ce fut le cas notamment pour Ouzilly et Port de Piles).

 

Mais les 2 Mégabits de desserte en moyenne pour les usagers, se sont vite révélés insuffisants pour un usage de plus en plus gourmand en débit. D’où le plan de développement très haut débit décrété en 2009 par le gouvernement. Dans le cadre du Grand Emprunt, en 2010, un financement a été prévu pour le déploiement de la fibre optique (une vingtaine de milliards d’€), en direction des fournisseurs institutionnels de fibres (F.T., Numéricable, Free, SFR…), à charge pour eux de s’entendre sur un plan de déploiement.

Selon ce plan, 60% de la population devaient être desservis en haut débit en janvier 2013 …

 

Les règles de ce plan de développement n’ont été publiées par le gouvernement, que le 31 octobre 2011.

Pour bénéficier du financement dans le cadre du grand emprunt, il ne doit pas y avoir d’initiative locale sans autorisation ARCEP-gouvernement (ARCEP : Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes), DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes), DGG T . Les autorisations sont soumises au SDAN (Schéma Départemental d’Aménagement Numérique.). Ce qui explique la lenteur des initiatives dans un premier temps.

 

Le déploiement de la fibre optique a commencé en 2008 dans les zones denses, notamment à Bordeaux et dans Toulouse dans le sud- ouest.

 

Dans le Poitou-Charentes, Poitiers a commencé avant comme zone dense, et doit donc participer financièrement.

 

En 2011,un accord Orange/SFR (avec financement public) a été conclu. C’est en fait une répartition du territoire à équiper. Le lancement de ces travaux interviendra par vagues.

 

Celui qui construit le réseau primaire doit respecter des règles pour que tous les opérateurs puissent utiliser ce réseau.

 

Il faut savoir que pour les entreprises il y a depuis des années le FTTO (Fiber To The Office)

 

Dans le Poitou-Charente, c’est Orange qui interviendra, et l’échelonnement prévu est le suivant :

 

Poitiers : commencé avant 31 oct. 2011

Niort démarré en 2012

La Rochelle démarrage en cours

Angoulême démarrage en 2014

Châtellerault démarrage en 2014 (toute l’agglomération est concernée) pour s’achever en 2020.

 

Saintes (Agglo) 2015

Rochefort (Agglo) 2015

Royan (que ville) 2015

Cognac (que ville) 2015

 

Les travaux débuteront d’abord par la ville centre, puis priorité aux zones à faible ou sans débit ADSL (En dessous de 2 mégabits, on ne tient pas compte du WIMAX).

 

Orange va communiquer prochainement avec JP ABELIN et va donc discuter avec Cenon.

 

Cenon devrait être équipé de fibre optique en 2016-2017. 100% de la population sont concernés (particuliers, services et entreprises).

 

Orange doit installer 1 poste PM « Point de mutualisation » pour 300 habitations

Pour les immeubles, il y a un point de branchement par palier.

 

 

A titre indicatif, la fibre optique sera installée jusqu’à l’habitation, pour un forfait de :

99.00€ si l’habitation est déjà pourvue de fourreau.

249.00€ si passage en aérien.

Chaque foyer pourra alors recevoir 100 mégas pour le prix d’un forfait actuel de 2 mégas

 

Une fois qu’une zone PM est déclarée terminée, c’est l’opérateur qui effectuera le branchement final.

 

Actuellement, toute autre technologie de montée en débit (en attendant), serait à la charge des collectivités. Dans le SDAN, le département de la Vienne prévoit du FTTH ( Fiber to The Home) et que pour le reste ce serait la technologie de montée en débit ( avec rapprochement du DSLAM Digital Subscriber Line Access Multiplexer). Et il faut compter entre 150 000 et 200 000 € par secteur.

 

Les seules possibilités d’attente sont :

 

le Wimax qui délivre actuellement 4 mégas (en descente pour 0.5 en remontée),mais qui est une technologie transitoire, et présente des instabilités notoires.

 

Le satellite, qui semble la possibilité la plus fiable, et qui vient d’évoluer avec EUTELSAT à 18 mégas en descente (pour 6 en remontée), mais est plus cher, à 49 €/ mois.

 

 

Questions/ Réponses :

 

Q : Pourquoi Cenon n’est–il pas dès aujourd’hui raccordé à un NRA plus proche ( ex Naintré) ?

R : Parce que cela coûterait beaucoup trop cher de le faire.

 

Q : La fibre passe sur la commune pourquoi ne pas l’utiliser ?

R : On ne peut utiliser la fibre de quelqu’un d’autre ( FTTO) . De même lorsque l’on fait du FTTH on ne peut pas utiliser la fibre de transmission FTTO.

 

Q : Finalement ce nouveau réseau fibre va t-il vous appartenir ?

R : Sur le plan AMIF, oui.

 

Q : Que va devenir le réseau cuivre ?

R : Par exemple pour Poitiers, 50% du réseau a été fibré en 2009 mais il n’y a que 15% de pénétration car c’est le même prix, les gens ne voient pas l’intérêt de changer.

JR : Finalement ce sont dans les zones comme la nôtre que le taux de pénétration de la fibre sera le plus fort. ?

R : Oui . Nous faisons un test à Palaiseau pour voir ce que cela peut donner. Seul le législateur peut demander le retrait du cuivre . A défaut, il nous faudra entretenir deux réseaux.

 

Q : Pouvez-vous préciser le calendrier ?

R : JP ABELIN communiquera en 2013.

 

Q : Pour la médiathèque de Cenon quel sera le type de réseau ?

R : Ce sera du FTTH.