La fracture numérique (presque) cicatrisée à Millac

NR du 27/04/2014 : propos recueillis par Sébastien Kerouanton

 

Jean-Pierre Lartige :

Millac vient d’être raccordée par fibre optique. Mais le haut débit reste imparfait en Sud-Vienne, la 4G absente et le réseau victime d’accidents sérieux.

 

Pourquoi le village de Millac faisait-il partie des derniers privés de haut débit ?

 

Jean-Pierre Lartige, délégué régional d'Orange en Poitou-Charentes. « En matière de télécom, l'investissement est plus difficile en zone d'habitat dispersé. A Millac, le réseau téléphonique avait été construit dans les années 70 avec un multiplexeur. Il permettait de faire passer plusieurs communications par le même câble mais la technique est incompatible avec l'ADSL. Nous avions donc 130 abonnés dans le bourg, techniquement privés de haut débit. Il nous reste deux multiplexeurs à remplacer dans la Vienne, à Guesnes et Doussay. On avance sur l'ADSL. »

Il reste encore des habitants privés d'ADSL, y compris à Millac.

« On estime qu'il reste moins de 5 % de foyers dans la Vienne, des hameaux isolés, éloignés des centraux téléphoniques. A Millac, 23 abonnés éloignés du bourg, à plus de 7 km du nouveau central, restent privés d'ADSL et doivent effectivement se tourner vers la solution Wimax du conseil général ou une connexion satellite. Le schéma départemental directeur d'aménagement numérique du conseil général permettra peut-être d'installer un central dans quelques années pour ces habitants. Dans le bourg de Millac, à moins de 3 km du nouveau central, les abonnés auront cependant un débit de 20 Mo, c'est autant qu'à Poitiers. »

Mais ils n'ont pas la télévision par Internet…

« Il s'agit d'une contrainte réglementaire qui nous est imposée pour des raisons de concurrence. Il faudrait qu'un autre opérateur propose le dégroupage. Nous, techniquement, on pourrait le faire demain. »

La 4G à Montmorillon ?

« Je n'ai pas de calendrier à plus de trois mois, mais ça ne va pas beaucoup tarder. Nous avons commencé par la couverture des grandes agglomérations et nous équipons actuellement la côte [Charente-Maritime]. Nous passerons ensuite aux villes moyennes, comme Montmorillon et Civray. Ce pourrait être en fin de cette année ou début 2015. »

Le Sud-Vienne a subi récemment deux pannes majeures affectant à la fois Internet, les téléphones fixes et mobiles. Le réseau est-il fiable ?

« Une grue avait accroché une fibre optique sur une artère importante, qui alimentait plusieurs centraux et des pylônes de téléphonie mobile. Contre cet aléas de chantier, nous ne pouvons rien faire de plus que réparer au plus vite. Et c'est ce que nos équipes techniques font, parfois de nuit ou sous une pluie battante. Au niveau national et régional, nous avons bien sûr des boucles qui permettent de pallier une rupture à un endroit. Mais au niveau local, ce n'est pas toujours possible. Notre réseau a par ailleurs connu des difficultés lors des orages de juillet 2013 et cet hiver. Notre unité technique a reçu le budget nécessaire pour faire les réparations définitives et les améliorations nécessaires pour gagner en qualité. »

repères

Orange précise dans un communiqué que 132 lignes de Millac ont « été rendues éligibles à l'ADSL », dont 75 % peuvent atteindre « un débit de 20 Mbit/s contre 26 % précédemment. » Vendredi soir, à l'occasion d'une cérémonie en présence des dirigeants régionaux d'Orange et des élus, ce progrès a été comparé à l'arrivée du téléphone, tant Internet a pris une place indispensable dans la vie quotidienne. Une soixantaine d'habitants étaient présents, confirmant l'attente. « Je paie 89 € par mois pour une connexion par satellite qui est lente et peu fiable », indiquait Anne, comptable exerçant à domicile pour des clients britanniques. Le Wimax semble donner satisfaction à ses utilisateurs, mais à un tarif (50 € par mois) supérieur aux forfaits ADSL désormais commercialisés par les différents opérateurs.

Propos recueillis par Sébastien Kerouanton