Maintenant, les Délaissés de l'ADSL veulent la fibre !

NR du 23/09/2017 /  Vienne - Cenon-sur-Vienne, Châtellerault - Internet

 

Tout un secteur de Cenon-sur-Vienne est privé d’un accès normal à Internet. Les habitants demandent l’installation de la fibre en urgence.

 

 
Il n'y a encore pas si longtemps, ils se faisaient appeler les « Délaissés de l'ADSL ». Mais, maintenant, ce n'est plus l'ADSL qu'ils demandent, c'est la fibre !
 

Eux, ce sont les habitants d'une partie de l'ancien hameau de la Croix à Cenon-sur-Vienne. Une partie qui comprend les routes de la Croix, des Métairies et des Petits-Prés.

 


Ils exigent de pouvoir accéder normalement à Internet !

 

Dans ce secteur, différents moyens permettent d'accéder à internet : l'ADSL, le Wimax (l'émetteur se situe à Antran) et le satellite Nordnet. Mais, selon ses habitants, l'ADSL « ne marche pas » (débit la plupart du temps insuffisant), le Wimax « fonctionne mal » et le satellite Nordnet « fonctionne bien » mais « coûte une fortune » (un habitant de la route des Petits-Près « paye 150 € de Nordnet pour travailler de chez lui »).

 

" A un moment donné, la fracture numérique, ça suffit "

 

Du coup, ils se débrouillent comme ils peuvent (voir ci-dessous). Mais ils en ont marre. Et, pour cause…


En lien avec l'agglo, Orange installe la fibre, qui serait la solution à tous leurs problèmes, depuis octobre dernier à Cenon-sur-Vienne. « En 2015, on a eu une réunion avec la mairie. On nous a dit " Vous serez les premiers à avoir la fibre " », explique Karine Milin, une habitante de la route des Métairies. Mais, alors que la quasi-totalité de la commune a été équipée, leur secteur ne l'est pas encore !


Quand Karine Milin a constaté qu'Orange les avait oubliés, elle a contacté l'agglo. On lui a répondu tout dernièrement que l'installation de la fibre sur leur secteur nécessitait l'utilisation de poteaux électriques des entreprises Sorégies et SRD, qu'une convention devait être signée avec elles et que différentes études devraient par la suite être effectuées. Ce qui leur fait craindre de devoir attendre encore plusieurs années. Une éventualité qu'ils n'acceptent pas.


Il y a quelques jours, Karine Milin a lancé une pétition. Déjà signée par 55 familles, soit la quasi-totalité des habitants concernés, elle va être communiquée à l'agglo. Les habitants du secteur envisagent aussi d'ores et déjà de mener d'autres actions plus musclées. « On a été assez patient. A un moment donné, la fracture numérique, ça suffit », souligne Karine Milin.


Didier Laurent, un de ses voisins de rue, prévient : « Fin 2017, il faut qu'on ait la fibre ! ».

 

En savoir plus

Des moyens différents, une même galère

Les habitants du secteur utilisent les différents moyens à leur disposition pour accéder à internet. Mais le résultat n'est guère satisfaisant… Témoignages.
 > Serge Gerland (route des Petits-Prés) :  « En ADSL, j'ai 40 kilooctets, c'est-à-dire rien. J'ai aussi le Wimax mais, quand il y a des intempéries, il y a plein de microcoupures et, à chaque, fois, il faut repartir de zéro ».
 > Gérard Multon (route des Métairies) : « Pas d'ADSL. Connexion Wimax mais avec micropannes et impossibilité de télécharger des gros fichiers ».
 > Catherine Debaux et Didier Laurent (route des Métairies) : ils arrivent à avoir internet grâce à une Freebox qui passe par l'ADSL mais « ça marche mal ».
 > Louis Clavaud (route des Petits-Prés) : il a la Wimax mais « 9 fois sur 10, ça ne marche pas ».
 > Jérôme Peureux (haut de la route des Métairies, où il n'y a pas l'ADSL) : « Je travaille chez moi. Je suis maître d'œuvre. J'ai internet grâce au satellite Nordnet mais c'est super-cher (NDLR : 45 € par mois pour 25 gigas) et, en plus, c'est limité. On ne peut pas faire de téléchargement de films, de vidéos, de logiciels… Quand je travaille, les enfants ne peuvent pas aller sur internet, sinon, je n'ai plus rien ! ».

 

Repères

Après le lancement successif de l'installation de la fibre à Châtellerault, Cenon et Colombiers, la commune de Thuré va commencer à être équipée d'ici la fin de l'année. L'année prochaine, ça sera ensuite au tour des communes d'Availles-en-Châtellerault, de Monthoiron, de Naintré et de Senillé-Saint-Sauveur.

 

Alain Grimperelle